mercredi 26 février 2014

L'affaire Perinçek/CEDH presque inconnue en Arménie !

L'affaire Perinçek presque inconnue en Arménie !
Que font les autorités ?

Varoujan Sirapian
Yerevan, 26/02/2014


A peine arrivé en Arménie il y a quelques jours, la journaliste Seda Mavian me faisait part de l'urgence à inciter les Arméniens de la République d'Arménie à participer à la signature d'une pétition lancée par les différentes communautés arméniennes de par le monde pour inciter la Suisse à contre attaquer l'arrêt inique rendu le 17 décembre 2013 par la Cour Européen des Droits de l'Homme (CEDH-mérite-t-elle ce nom ?) donnant raison à un négationniste turc, Dogu Perinçek, qui proclamait son droit à l’expression libre, condamné pourtant par les tribunaux suisses pour incitation à la haine et négationnisme.

Difficile à croire mais la grande majorité, pour ne pas dire la totalité des citoyens de la République Arménie Orientale n'était même pas au courant de cette affaire pourtant primordiale dans la lutte acharnée qui mènent les organisations arméniennes de la diaspora pour endiguer la vague négationniste, sans doute orchestrée par l'Etat turc, pour contrecarrer le tsunami médiatique qui se prépare, selon eux, à la veille de la 100ème commémoration du Génocide Arménien (1915-1922). Pire, je constatais la même méconnaissance de cette affaire dans certains ministères. Même si on peut mettre en cause la torpeur des médias arméniens de l’Est, préoccupé à relater les événements de l’Ukraine ou la protestation conter la loi des retraites, cela veut aussi dire que les citoyens d’Arménie orientale, tout au moins ceux de Yerevan, pourtant branchés via leurs smartphones ou tablettes au monde extérieur, n’avaient probablement pas cliqué aux bons endroits de l’écran.

Ces dernières années les affaires de l’UNESCO (censure de l’expo des Khatchkars), de Safarov (criminel azéri devenu un héros) et maintenant de Perinçek (négationniste notoire) offraient aux instances arméniennes orientales des occasions en or d’élever la voix, de protester, d’accuser même la Turquie et l’Azerbaïdjan…

Notre intervention avec Seda, à la TV Kentron, c’était pour essayer de réveiller les consciences. Combats de Don Quichotte me direz-vous. Peut-être. Mon ami Erol Özkoray, qui se dit volontiers Don Quichotte de Bosphore, me qualifie amicalement le Don Quichotte de la Seine. Seda Mavian en est une autre à Yerevan. Si on arrive à soulever une armée de Don Quichotte formées des citoyens, peut être nous arriverons à mettre quelques bâtons dans les ailes des moulins des négationnistes sous forme de loup (de race gris), et pourquoi pas ceux des oligarques sous forme de sangsue, des businessmen déguisés en hommes politiques,… aussi bien à l’Est qu’à l’Ouest.

On peut toujours rêver, non ?      

Lien à notre interview sur Kentron TV (en arménien)
http://youtu.be/aqiri67UUhE 



  
 

3 commentaires: