mercredi 25 mai 2022

Arménie : le salut viendra de la Russie

 Arménie : le salut viendra de la Russie

 

Cette opinion peut paraître provocatrice quand les médias tout-puissants matraquent leur propagande à longueur de « journaux » continus. Des médias tout-puissants car les citoyens sont devenus des consommateurs qui avalent la propagande comme on mange une pizza, l’école étant devenue « démocratique » c’est-à-dire à l’écoute des élèves, de leur « diversité ethnique et sexuelle » et donc ne jouant plus son rôle de fabrique de citoyens éduqués et cultivés. J’invite à revoir les conférences de presse de De Gaulle expliquant très pédagogiquement la politique étrangère de la France et à les comparer au niveau affligeant des « journalistes propagandistes » et du personnel politique.

Les médias désormais 1er pouvoir manipulent les élections en disqualifiant les personnalités hostiles à leur idéologie, qu’ils s’appellent Fillon, Trump, Le Pen, Zemmour, Orban ou Poutine. A tel point que Macron n’a même pas besoin de justifier son action des 5 ans passés ni de présenter son programme pour les 5 ans à venir. En 2017, il lui a suffi de se prosterner à Oradour sur Glane et au Mémorial juif, et en 2022, de qualifier d’extrême droite son adversaire.

Ils ont dicté l’attitude ignoble de TOUT l’occident au moment de l’agression turco-musulmane contre l’Arménie à l’automne 2020.

Deux « journalistes » de "Libé" se sont même donnés beaucoup de mal pour trouver des groupuscules identitaires soutenant les Arméniens, motif suffisant pour rendre « nauséabonds » les combattants arméniens qualifiés unanimement de séparatistes. A l’unisson, médias et politiques ont donc jugé que les Arméniens devaient rendre les terres prises illégalement en 1994 pour revenir aux frontières de Staline de 1921 qui avait spolié les Arméniens de l’Artsakh et du Nakhidjevan pour faire plaisir à Ataturk. Ainsi donc les Arméniens se découvrent un nouveau et redoutable ennemi : l’idéologie décoloniale, woke, indigéniste, multiculturaliste (le tiers-monde incluant l’Islam a été opprimé et il convient de réparer les « crimes » commis à son encontre). Cette nouvelle idéologie vient compléter la « lutte pour la liberté et la démocratie », arme redoutable pour diffuser insidieusement le culte de la liberté individuelle avec son corollaire : la culture, le mode de vie et de pensée américains. C’est un pernicieux cheval de Troie pour miner les régimes déclarés ennemis (l’axe du mal) dans lesquels il ne reste plus qu’à attendre des « révolutions » un petit peu aidées par la CIA. Les exemples ne manquent pas. Géorgie, Biélorussie, Ukraine. Naturellement cette méthode ne fonctionne qu’avec des sociétés culturellement perméables. Il est dès lors facile de faire apparaître la Russie comme l’agresseur puisque les peuples ne savent rien de l’histoire, de l’avancée rampante de l’Otan bras armé de l’Empire (pourtant d’après Macron cuvée 2020 en état de mort cérébrale !!!) et que seule comptant l’histoire immédiate, les médias n’ont qu’à la faire avaler au bon peuple comme un Mac Donald !

Pour ce qui est de l’Arménie, c’est ce plan qui est appliqué.

Résultat : après la « révolution » de 2018, le premier ministre Pachinian déclare sans ambages que la démocratie est la colonne vertébrale de l’Arménie, qui lui permettra de vaincre tous les obstacles !

Un peu d’histoire monsieur Pachinian : la très démocratique 1ère République d’Arménie s’est écroulée en 2 mois de combats en novembre 1920 contre la coalition « autocratique » Staline-Ataturk. Les « démocraties » occidentales ne sont pas venues à son secours. S’ensuivit une lente descente aux enfers et nos chères démocraties furent sauvées en 1945 par un affreux totalitarisme qui n’a pas hésité à sacrifier 25 millions de pauvres bougres (dont 300 000 Arméniens, autant que les pertes américaines de toute la guerre !) qui n’avaient d’autre choix que de se faire trouer la paillasse par les MG42 allemandes ou les mitrailleuses du NKVD !

Naturellement, comme cette vérité est gênante, nos falsificateurs de l’histoire tels BHL ou Bayrou minimisent le rôle de l’URSS et proclament que la capitulation allemande est une victoire de « la liberté et de la démocratie » !

Pour venir à bout des monarchies coalisées d’Europe financées par le Royaume Uni, la France a fait appel à un général qui a renversé le très démocratique Directoire.

Plus près de nous, la très démocratique 4ème République s’est avérée incapable de résoudre la crise algérienne et a fait appel à De Gaulle.

C’est cruel mais c’est ainsi : c’est le peu démocratique mais si héroïque et patriote Monte Melkonian qui s’est sacrifié pour que vive l’Arménie…. Et c’est une Arménie débarrassée de la corruption et de la sujétion à Poutine qui a subi le pire désastre de son histoire récente.

Au fait pourquoi les très démocratiques USA et l’Occident ne sont-ils pas intervenus pour la protéger des très autocratiques Turquie et Azerbaïdjan ?

C’est que la liberté et la démocratie ne sont qu’une des armes, un paravent pour la domination mondiale. L’essentiel est ailleurs.

Le Royaume-Uni, et désormais le monde anglo-saxon ont veillé à ce qu’aucun Etat ne devienne hégémonique en Europe car cela signifierait une menace mortelle pour l’Empire.

Après la conquête de l’Empire maritime face aux Hollandais, aux Espagnols, aux Portugais, aux Français, les Anglais ont œuvré pour détruire successivement l’Empire d’Autriche, le royaume puis l’empire français.

Dès la défaite de Napoléon, le nouvel ennemi devint la Russie.  Les Anglais - notamment Disraeli en 1878- ont défendu bec et ongles l’Empire ottoman contre l’expansion russe quitte à sacrifier les chrétiens d’Orient.  Ils ont du sang arménien sur les mains. Le Sultan les a récompensés en leur faisant cadeau de Chypre en 1880.  Qui a dit que le crime ne paie pas… Bien plus tard, avec la constance qui caractérise la politique étrangère britannique, Chamberlain refusa la main tendue de Staline en 1938-39 pour contrer Hitler, et obligea le 1er au pacte germano-soviétique.

Aujourd’hui, l’ennemi est toujours la Russie. Pour le vaincre, tous les moyens sont bons. Faut-il faire les yeux doux à l’islamiste Erdogan en abandonnant les Arméniens et les Kurdes ?  Armer les moudjahidine afghans ou les islamistes « démocrates » syriens ? Fomenter des « révolutions de velours » partout où c’est possible, recourir à la force brutale ailleurs (Irak, Libye, Syrie) et faire accepter la guerre par le recours à des fakes news ? Faire une alliance avec le Maroc contre l’Algérie ? Déstabiliser l’Asie centrale ? Féliciter l’Arménie pour ses avancées « démocratiques » et remercier l’Azerbaïdjan pour le concours apporté au contournement des flux énergétiques fossiles russes ? Cerise sur le gâteau amer : encourager la réconciliation arméno-turque c’est-à-dire l’entente entre le loup et l’agneau, chemin le plus rapide pour la disparition de l’Arménie ?  Contain & restrain

Car la force de la démocratie américaine c’est d’abord sa puissance militaire, c’est 12 porte-avions lourds de 100 000 t et 12 porte-hélicoptères de 40 000 t !

Voici à titre d’exemple une carte – très exacte- même si le titre est ironique- des bases entourant l’Iran !


Alors Monsieur Pachinian, quelle démocratie ? Les menaces multiformes qui pèsent sur l’Arménie ne peuvent être résolues par ce slogan !  Les Arméniens ne se mobiliseront pas pour la démocratie.

Rappelons-nous l’appel du Comité de Salut Public : la Patrie ou la mort !

Rappelons-nous aussi, ironie de l’histoire, que les 5 principautés arméniennes d’Artsakh (Karabagh) demandèrent vers 1725 au pas très démocratique tsar d’être leur souverain en remplacement des khans perses musulmans.

Aujourd’hui plus que jamais, le salut viendra de la Russie !

Le rattachement de l’Arménie et de l’Artsakh à la Fédération de Russie, en tant que République fédérée, pourrait être la solution pour la survie de la nation arménienne.


Mooshegh Abrahamian

 Le 23/05/2022

 

 

 

 

jeudi 24 février 2022

Déclaration de Poutine

 Déclaration de Poutine

Moscou, Kremlin, 24 février 2022 – 06:00 (heure de Moscou)

V. Poutine

Chers citoyens de Russie ! Chers amis !

            Aujourd'hui, je pense qu'il est à nouveau nécessaire de revenir sur les événements tragiques qui se déroulent dans le Donbass et sur les questions essentielles pour assurer la sécurité de la Russie même.

            Je commencerai par ce que j'ai dit dans mon discours du 21 février de cette année. Je parle de quelque chose qui nous préoccupe particulièrement, des menaces fondamentales qui, d’années en années, étape par étape, sont créées de manière flagrante et sans cérémonie, année après année, par des politiciens irresponsables de l'Ouest contre notre pays. Je fais référence à l'expansion du bloc de l'OTAN vers l'Est, qui rapproche son infrastructure militaire des frontières de la Russie.

            Il est bien connu que, depuis 30 ans, nous essayons avec constance et patience de parvenir à un accord avec les principaux pays de l'OTAN sur les principes d'une sécurité égale et indivisible en Europe. En réponse à nos propositions, nous nous sommes constamment heurtés soit à des tromperies et à des mensonges cyniques, soit à des tentatives de pression et de chantage, alors que dans le même, l'Alliance de l'Atlantique Nord, malgré toutes nos protestations et nos préoccupations, ne cesse de s'étendre. La machine de guerre est en marche et, je le répète, s'approche au plus près de nos frontières.

            Pourquoi tout cela arrive-t-il ? Pourquoi cette façon insolente de [nous] parler depuis une position d'exclusivité, d'infaillibilité et de permissivité ? D'où vient cette attitude indifférente et dédaigneuse à l'égard de nos intérêts et de nos demandes parfaitement légitimes ?

            La réponse est claire, [pour nous] tout est clair et évident. L'Union soviétique s'est affaiblie à la fin des années 1980 avant de s'effondrer complètement. Toute la suite des événements qui se sont alors déroulés est aujourd’hui une bonne leçon pour nous ; elle a montré de manière convaincante que la paralysie du pouvoir et de la volonté est le premier pas vers une dégradation total et une disparition complète. Il a suffi que nous perdions un temps notre confiance, et voilà le résultat, , l'équilibre des forces dans le monde a été rompu.

            Cela a conduit au fait que les traités et les accords précédents, ne sont plus dans les faits appliqués. Les tentatives de persuasion et les demandes ne servent à rien. Tout ce qui ne convient pas aux Puissants, à ceux qui ont le pouvoir, est déclaré archaïque, obsolète et inutile. Et vice versa : tout ce qui leur semble avantageux est présenté comme la vérité ultime, à faire passer à tout prix, sans ménagement, par tous les moyens. Les contradicteurs sont brisés.

            Ce dont je parle maintenant ne concerne pas seulement la Russie, et ces préoccupations ne sont pas seulement les nôtres. Cela concerne l'ensemble du système des relations internationales, et parfois même les alliés des États-Unis eux-mêmes. Après l'effondrement de l'URSS, une redistribution du monde a effectivement commencé, et les normes établies du droit international - et les principales, fondamentales - adoptées à la fin de la Seconde Guerre mondiale et ont largement consolidé ses résultats - ont commencé à gêner ceux qui se sont déclarés vainqueurs de la guerre froide.

            Bien sûr, dans la vie pratique, dans les relations internationales et dans les règles qui les régissent, il faut tenir compte des changements de la situation mondiale et de l'équilibre des forces. Toutefois, cela devait être fait de manière professionnelle, sans heurts, avec patience, en tenant compte et en respectant les intérêts de tous les pays et en comprenant sa propre responsabilité.

 

            Mais non - un état d'euphorie né de leur supériorité absolue, une sorte d'absolutisme moderne, qui plus est, sur fond de faible niveau de culture générale et d'arrogance de ceux qui ont préparé, adopté et fait passer les décisions qui n'étaient profitables que pour eux-mêmes. La situation a commencé à évoluer d'une manière différente.

            Il n'est pas nécessaire d'aller bien loin pour trouver des exemples. Premièrement, sans aucune autorisation du Conseil de sécurité des Nations unies, ils ont mené une opération militaire sanglante contre Belgrade, en utilisant des avions et des missiles en plein cœur de l'Europe. Plusieurs semaines de bombardements continus ont été effectués sur des villes et des infrastructures indispensables à la vie. Nous devons rappeler ces faits, car certains collègues occidentaux n'aiment pas se souvenir de ces événements, et lorsque nous en parlons, ils préfèrent pointer du doigt non pas les normes du droit international, mais des circonstances, qu'ils interprètent comme bon leur semble.

            Puis vint le tour de l'Irak, de la Libye et de la Syrie. Le recours illégitime à la force militaire contre la Libye et la perversion de toutes les décisions du Conseil de sécurité des Nations unies sur la question libyenne ont conduit à la destruction totale de l'État [libyen], à la création d'un immense foyer de terrorisme international et à la plongée du pays dans un désastre humanitaire et dans l'abîme d'une longue guerre civile qui se poursuit encore. La tragédie qui a condamné des centaines de milliers, des millions de personnes non seulement en Libye, mais dans toute la région, a créé une migration massive de l'Afrique du Nord et du Moyen-Orient vers l'Europe.

            Un sort similaire était réservé à la Syrie. L'action militaire de la coalition occidentale dans ce pays, sans le consentement du gouvernement syrien et sans l'autorisation du Conseil de sécurité des Nations unies, n'est rien d'autre qu'une agression, une intervention.

            Mais l'invasion de l'Irak occupe également une place de choix dans cette liste, bien entendu sans aucune base juridique. Le prétexte était que les États-Unis disposaient prétendument d'informations fiables sur la présence d'armes de destruction massive en Irak. Pour le prouver publiquement, devant le monde entier, le Secrétaire d'État américain a secoué un genre de tube contenant une poudre blanche, assurant à tout le monde qu'il s'agissait d’une arme chimique développée en Irak. Et puis il s'est avéré que c'était une manipulation, du bluff : il n'y avait pas d'armes chimiques en Irak. Incroyable, étonnant, mais les faits restent les faits. Des mensonges ont été proférés au plus haut niveau de l'État et du haut de la tribune de l'ONU. Le résultat a été d'énormes pertes humaines, des destructions et une incroyable poussée de terrorisme.

            D'une manière générale, il semble que presque partout, dans de nombreuses régions du monde, là où l'Occident vient établir son ordre, il y laisse des blessures sanglantes, non cicatrisantes, les plaies du terrorisme international et de l'extrémisme. Tous les exemples ci-dessus sont les plus flagrants, mais loin d'être les seuls exemples de mépris du droit international.

            Cela inclut la promesse faite à notre pays de ne pas étendre l'OTAN d'un pouce vers l'Est. Une fois encore, ils nous ont trompé ou, dans le langage populaire, tout simplement arnaqué. Oui, on entend souvent dire que la politique est un sale métier. Peut-être, mais pas aussi sale que cela, pas à ce point quand même. Après tout, un tel comportement de pipeur de dés est non seulement contraire aux principes des relations internationales, mais surtout aux normes de moralité et d'éthique généralement acceptées. Où sont la justice et la vérité ici ? Rien que des mensonges et de l'hypocrisie.

            D'ailleurs, les politiciens, les analystes politiques et les journalistes américains eux-mêmes écrivent et disent que ces dernières années qu'un véritable "Empire du mensonge" a été créé aux des États-Unis. Il est difficile de ne pas être d'accord avec cela - c'est vrai. Mais, disons-le : les États-Unis restent quand même un grand pays, une puissance à la base d’un système.

            Tous ses satellites ne se contentent pas de l'approuver docilement, d’acquiescer, de reprendre en cœur [ses positions] à chaque occasion, mais aussi de copier son comportement et acceptent avec enthousiasme les règles qu'ils leur proposent. Avec raison, on peut dire avec certitude que l'ensemble du soi-disant bloc occidental, formé par les États-Unis à son image et à sa ressemblance, est ce même "Empire du mensonge".

            Quant à notre pays, après l'effondrement de l'URSS, malgré l'ouverture sans précédent de la nouvelle Russie moderne et sa volonté de travailler honnêtement avec les États-Unis et d'autres partenaires occidentaux, dans des conditions de désarmement réellement unilatéral, ils [l’Ouest] ont immédiatement essayé de nous enfoncer, de nous achever et de nous détruire pour de bon. C'est exactement ce qui s'est passé dans les années 90 et au début des années 2000, lorsque le soi-disant Occident collectif a soutenu activement le séparatisme et les bandes de mercenaires dans le sud de la Russie. Quels sacrifices et quelles pertes cela nous a coûté, quelles épreuves nous avons dû traverser avant de pouvoir enfin de définitivement briser les reins du terrorisme international dans le Caucase. Nous nous en souvenons et ne l'oublierons jamais.

            En fait, jusqu'à récemment, les tentatives de nous utiliser dans leurs intérêts, de détruire nos valeurs traditionnelles et de nous imposer leurs pseudo-valeurs, qui nous rongeraient, nous, notre peuple, de l'intérieur n'ont pas cessé. Ces attitudes ils les imposent déjà agressivement dans leurs pays et elles mènent directement à la dégradation et à la dégénérescence, car elles sont contraires à la nature humaine elle-même. Cela n'arrivera pas [ici], cela n'a jamais marché pour personne. Cela ne marchera pas non plus maintenant.

            En dépit de tout cela, en décembre 2021, nous avons tenté une nouvelle fois de parvenir à un accord avec les États-Unis et leurs alliés sur les principes de la sécurité en Europe et au non-élargissement de l'OTAN. Tout a été en vain. La position des États-Unis n'a pas changé. Ils ne considèrent pas qu'il est nécessaire de parvenir à un accord avec la Russie sur cette question essentielle pour nous, ils poursuivent leurs propres objectifs et ne tiennent aucun compte de nos intérêts.

            Et bien sûr, dans cette situation, nous nous posons la question : que faire ensuite, à quoi s'attendre ? L'histoire nous apprend qu'en 1940 et au début de 1941, l'Union soviétique a tenté d'empêcher ou, du moins, de retarder le déclenchement de la guerre. Pour ce faire, il faut notamment essayer littéralement jusqu'à la dernière minute de ne pas provoquer un agresseur potentiel, ne pas prendre voir de reporter les mesures les plus nécessaires et les plus évidentes pour se préparer à repousser une attaque inévitable. Et les mesures qui ont finalement été prises étaient désastreusement tardives.

            En conséquence, le pays n'était pas préparé à faire face à l'invasion de l'Allemagne nazie, qui a attaqué notre Patrie sans déclaration de guerre le 22 juin 1941. L'ennemi a été arrêté puis écrasé, mais à un coût colossal. La tentative de plaire à l'agresseur à la veille de la Grande Guerre patriotique a été une erreur qui a coûté cher à notre peuple. Au cours des premiers mois de combat, nous avons perdu de vastes territoires stratégiquement importants et des millions de personnes. Nous ne ferons pas une telle erreur une deuxième fois, nous n'en avons pas le droit.

            Ceux qui aspirent à la domination du monde déclarent publiquement, en toute impunité et, je le souligne, sans aucune justification, que nous, la Russie, sommes leur ennemi. En effet, ils disposent aujourd'hui d’importantes capacités financières, scientifiques, technologiques et militaires. Nous en sommes conscients et évaluons objectivement les menaces qui sonnent constamment à notre adresse dans le domaine de l'économie, ainsi que notre capacité à résister à ce chantage impudent et permanent. Je le répète, nous les évaluons sans illusions et de manière extrêmement réaliste.

            Dans le domaine militaire, la Russie moderne, même après l'effondrement de l'URSS et la perte d'une grande partie de son potentiel, est aujourd'hui l'une des puissances nucléaires les plus importantes du monde et dispose en outre d'avantages certains dans un certain nombre d'armements de pointe. À cet égard, personne ne doit douter qu'une attaque directe contre notre pays entraînerait une défaite et des conséquences désastreuses pour tout agresseur potentiel.

            Cependant, la technologie, y compris celle de la défense, évolue rapidement. Le leadership dans ce domaine a changé et changera de mains [souvent]. Mais l’aménagement militaire des territoires adjacents à nos frontières, si nous le permettons, se poursuivra durant des décennies, peut-être même pour toujours, et constituera une menace toujours plus grande et totalement inacceptable pour la Russie.

            Aujourd'hui déjà, alors que l'OTAN s'étend vers l'Est, la situation de notre pays empire et devient chaque année plus dangereuse. De plus, ces derniers jours, les dirigeants de l'OTAN ont explicitement parlé de la nécessité d'accélérer, de forcer l'infrastructure de l'alliance jusqu'aux frontières de la Russie. En d'autres termes, ils renforcent leur position. Nous ne pouvons plus nous contenter de regarder ce qui se passe. Ce serait complètement irresponsable de notre part.

            La poursuite de l'expansion de l'infrastructure de l'Alliance de l'Atlantique Nord et l’aménagement militaire du territoire de l'Ukraine sont inacceptables pour nous. Le problème, bien sûr, n'est pas l'organisation de l'OTAN elle-même - elle n'est qu'un instrument de la politique étrangère américaine. Le problème, c'est que sur les territoires qui nous sont adjacents - je tiens à le préciser, nos territoires historiques - se crée une "anti-Russie" ennemie, placée sous un contrôle extérieur total, qui est intensivement colonisée par les forces armées des pays de l'OTAN et qui est gavée des armes les plus modernes.

            Pour les États-Unis et leurs alliés, il s'agit d'une politique dite d'endiguement de la Russie, d’un dividende géopolitique évident. Pour notre pays, c'est en fin de compte une question de vie ou de mort, la question de notre avenir historique en tant que Nation. Et ce n'est pas une exagération - c'est tout simplement comme ça. Il s'agit d'une menace réelle, non seulement pour nos intérêts, mais aussi pour l'existence même de notre État, pour sa souveraineté. C'est la ligne rouge qui a été évoquée à plusieurs reprises. Ils l'ont franchi.

            Dans ce contexte, [revenons sur] la situation à Donbass. Nous constatons que les forces qui ont réalisé un coup d'État en Ukraine en 2014, se sont emparées du pouvoir et l'ont conservé au moyen de procédures électorales essentiellement décoratives, ont définitivement refusé de résoudre le conflit de manière pacifique. Pendant huit ans, huit infiniment longues années, nous avons tout fait pour que la situation soit résolue par des moyens pacifiques et politiques. En vain.

            Comme je l'ai dit dans mon allocution précédente, il est impossible de regarder ce qui se passe là-bas sans compassion. Il n'était tout simplement plus possible de le tolérer. Il faut arrêter immédiatement ce cauchemar - le génocide contre les millions de personnes vivant là-bas. Ceux-ci n'espèrent plus que [dans l’aide de] la Russie, ils n'espèrent plus qu’en vous et moi. Ce sont ces aspirations, ces sentiments et cette douleur des gens qui nous ont poussés à prendre la décision de reconnaître les Républiques populaires de Donbass.

            Ce qu'il me semble important de souligner. Les principaux pays de l'OTAN, afin d'atteindre leurs propres objectifs, soutiennent en Ukraine les ultra-nationalistes et les néonazis, qui, à leur tour, ne pardonneront jamais aux habitants de Crimée et de Sébastopol leur libre choix de se réunifier à la Russie.

            Ils [les ultra-nationalistes et les néonazis] tenterons, bien évidemment, de s’infiltrer en Crimée, comme ils l'ont fait dans le Donbass, pour y faire la guerre et tuer des gens sans défense.

            Tout cela comme l’on fait bandes punitives des nationalistes ukrainiens, les supplétifs d'Hitler pendant la Grande Guerre patriotique. Ils déclarent aussi ouvertement qu'ils revendiquent un certain nombre d'autres territoires de la Russie.

            L'ensemble du déroulement des événements et l'analyse des informations qui nous parviennent montrent que l'affrontement entre la Russie et ces forces est inévitable. Ce n'est qu'une question de temps : ils se préparent et attendent le moment opportun. Maintenant, ils revendiquent également la possession d'armes nucléaires. Nous ne permettrons pas que cela se produise.

            Comme je l'ai dit précédemment, la Russie a accepté les nouvelles réalités géopolitiques après l'effondrement de l'URSS. Nous respectons et continuerons à respecter tous les pays nouvellement formés dans l'espace post-soviétique. Nous respectons et continuerons à respecter leur souveraineté, et un exemple de cela est l'aide que nous avons apportée au Kazakhstan, qui a été confronté à des événements tragiques et à des défis pour son statut d'État et son intégrité. Mais la Russie ne peut se sentir en sécurité, ne peut se développer, ne peut exister avec une menace constante émanant du territoire de l'actuelle Ukraine.

            Permettez-moi de vous rappeler qu'en 2000-2005, nous avons riposté militairement aux terroristes dans le Caucase, défendu l'intégrité de notre État et préservé la Russie. En 2014, nous avons soutenu la population de Crimée et de Sébastopol. En 2015, nous avons utilisé nos forces armées pour mettre une barrière fiable aux infiltrations de terroristes depuis la Syrie vers la Russie. Il n'y avait pas d'autre moyen pour nous de nous défendre.

            La même chose se produit maintenant. Vous et moi n'avons simplement pas eu d'autre possibilité de défendre la Russie, notre peuple, que celle que nous serons forcés d'utiliser aujourd'hui. Les circonstances nous obligent à agir de manière décisive et immédiate. Les Républiques populaires de Donbass ont demandé l'aide de la Russie.

            À cet égard, conformément à l'article 51 de la partie 7 de la Charte des Nations unies, avec l'autorisation du Conseil de la Fédération de Russie et conformément aux traités d'amitié et d'assistance mutuelle avec les Républiques populaires de Donetsk et de Louhansk ratifiés par l'Assemblée fédérale le 22 février de cette année, j'ai pris la décision de mener une opération militaire spéciale.

            Son but est de protéger les personnes qui ont été soumises à des abus, à un génocide par le régime de Kiev pendant huit ans. Et à cette fin, nous chercherons à démilitariser et à dénazifier l'Ukraine, à traduire en justice ceux qui ont commis de nombreux crimes sanglants contre des civils, y compris des citoyens de la Fédération de Russie.

            Dans le même temps, nos plans n'incluent pas l'occupation de territoires ukrainiens. Nous n'avons pas l'intention d'imposer quoi que ce soit à qui que ce soit par la force. Dans le même temps, nous entendons de plus en plus souvent ces derniers temps à l'Ouest que les documents signés par le régime totalitaire soviétique, qui consacrent les résultats de la Seconde Guerre mondiale, ne devraient plus être appliqués. Quelle pourrait être la réponse à cette question ?

            L'issue de la Seconde Guerre mondiale est sacrée, tout comme les sacrifices consentis par notre peuple sur l'autel de la victoire sur le nazisme. Mais cela ne contredit pas les hautes valeurs des droits de l'homme et des libertés, fondées sur les réalités des décennies d'après-guerre. Elle n'annule pas non plus le droit des nations à l'autodétermination consacré par l'article premier de la Charte des Nations unies.

           

            Permettez-moi de vous rappeler que ni lors de la fondation de l'URSS ni après la Seconde Guerre mondiale, personne n'a jamais demandé aux habitants des territoires qui constituent l'actuelle Ukraine la manière dont ils voulaient organiser leur vie. Notre politique est fondée sur la liberté, la liberté de choix pour chacun de déterminer son propre avenir et celui de ses enfants. Et nous pensons qu'il est important que tous les peuples vivant sur le territoire de l'Ukraine actuelle, tous ceux qui le souhaitent, puissent exercer ce droit - le droit de choisir.

            À cet égard, je lance également un appel aux citoyens de l'Ukraine. En 2014, la Russie avait l'obligation de protéger les habitants de Crimée et de Sébastopol contre ceux que vous appelez vous-même des "nazillons". Les habitants de Crimée et de Sébastopol ont fait le choix d'être avec leur Patrie historique, avec la Russie, et nous l'avons soutenu. Encore une fois, nous ne pouvions tout simplement pas faire autrement.

            Les événements d'aujourd'hui ne visent pas à porter atteinte aux intérêts de l'Ukraine et du peuple ukrainien. Il s'agit de protéger la Russie elle-même contre ceux qui ont pris l'Ukraine en otage et tentent de l'utiliser contre notre pays et son peuple.

            Encore une fois, nos actions relèvent de l'autodéfense contre les menaces que l’on fait peser sur nous et contre une calamité encore plus grande que celle qui se produit aujourd'hui. Aussi difficile que cela soit, je vous demande de le comprendre et j'appelle à la coopération pour que nous puissions tourner cette page tragique le plus tôt possible et avancer ensemble, sans permettre à quiconque de s'immiscer dans nos affaires, dans nos relations, mais en les construisant de manière indépendante, afin de créer les conditions nécessaires pour surmonter tous les problèmes et, malgré les frontières étatiques, nous renforcer de l'intérieur en tant qu'entité unie. Je crois en cela - c'est notre avenir.

 

Je dois également m'adresser aux militaires des forces armées de l'Ukraine.

 

            Chers camarades ! Vos pères, grands-pères, arrière-grands-pères ont à leur époque combattu les nazis, en défendant notre Patrie commune, ce n’est pas pour qu’aujourd’hui les néonazis prennent le pouvoir en Ukraine. Vous avez prêté serment au peuple ukrainien, et non à la junte antipopulaire, qui vole l'Ukraine et maltraite ce même peuple.

            N'exécutez pas les ordres criminels [de cette junte]. Je vous appelle à déposer les armes immédiatement et à rentrer chez vous. Soyons clairs : tous les membres de l'armée ukrainienne qui se plieront à cette exigence pourront quitter la zone de guerre sans entrave et retourner auprès de leurs familles.

            Permettez-moi d'insister une fois de plus : toute la responsabilité d'une éventuelle effusion de sang reposera entièrement sur la conscience du régime au pouvoir sur le territoire de l'Ukraine.

            Maintenant, quelques mots importants, très importants pour ceux qui pourraient être tentés de l'extérieur d'interférer dans les événements qui se déroulent. Quiconque tente d'interférer avec nous, et encore moins de mettre en danger notre pays et notre peuple, doit savoir que la réponse de la Russie sera immédiate et vous conduira à des conséquences auxquelles vous n'avez jamais été confrontés dans votre histoire. Nous sommes prêts à faire face à tout développement d'événements. Toutes les décisions nécessaires ont été prises à cet égard. J'espère que je serai entendu.

           

Chers citoyens de Russie !

            Le bien-être, l'existence même d'États et de peuples entiers, leur succès et leur viabilité trouvent toujours leur origine dans le puissant système de racines de leurs cultures et de leurs valeurs, dans l'expérience et les traditions de leurs ancêtres, et ils dépendent bien sûr de leur capacité à s'adapter rapidement à une vie en constante évolution, de la cohésion de la société, de sa volonté de se consolider, de rassembler toutes les forces pour aller de l'avant.

            On a toujours besoin de forces - toujours - mais les forces peuvent être de différentes qualités. La politique de "l'Empire du mensonge" à laquelle j'ai fait référence au début de mon discours est basée avant tout sur la force brute et directe. Dans de tels cas, nous disons : "Vous avez la force, vous n'avez pas besoin d'intelligence".

            Mais vous et moi savons que la vraie force réside dans la justice et la vérité, qui sont de notre côté. Et si cela est vrai, alors il est difficile de ne pas convenir que la force et la volonté de combattre sont le fondement de l'indépendance et de la souveraineté, le fondement nécessaire sur lequel seul on peut construire son avenir, son foyer, sa famille, sa Patrie.

Chers compatriotes !

            Je suis sûr que les soldats et les officiers des forces armées russes qui sont loyaux envers leur pays rempliront leur devoir avec professionnalisme et courage. Je ne doute pas que tous les niveaux de pouvoir et les spécialistes responsables de la stabilité de notre économie, du système financier et de la sphère sociale, ainsi que les dirigeants de nos entreprises et de l'ensemble du monde des affaires russe travailleront de manière harmonieuse et efficace. Je compte sur la position consolidée et patriotique de tous les partis parlementaires et des forces publiques.

            Après tout, comme cela a toujours été le cas dans l'histoire, le destin de la Russie est entre les bonnes mains de notre peuple multiethnique. Cela signifie que les décisions que nous avons prises seront mises en œuvre, que nos objectifs seront atteints et que la sécurité de notre patrie sera garantie de manière fiable.

            J’ai confiance en votre soutien et en la force invincible que nous donne l'amour de notre Patrie.

 

Texte original en russe : http://kremlin.ru/events/president/news/67843

Entretien avec Hélène Carrère d'Encausse

Entretien avec avec Hélène Carrère d'Encausse 

sur la crise ukrainienne 

par Pascal Boniface (IRIS)  

Une analyse lucide qui change des clichés répétés en boucle sur nos médias



jeudi 16 décembre 2021

J’AI HONTE

OPINION

Beaucoup a été dit et écrit sur la visite d'Eric Zemmour en Arménie. Fidèle à notre politique d'indépendance d'esprit, nous proposons ici un point de vue différent. Les opinions exprimées sont celles des signataires (La rédaction de E&O)
 

J’AI HONTE

 

J’ai honte d’être assimilé à la meute d’Islamo-gauchistes qui poursuit Eric Zemmour jusque dans les colonnes de NAM, jusqu’au moindre de ses pas en Arménie.

J’ai honte que les autorités de Erevan, au lieu de faire des courbettes à Macron pour ses belles paroles, n’aient pas déroulé le tapis rouge à la seule personnalité qui a réservé précisément son PREMIER voyage de candidat à l’Arménie.

 J’ai honte que la meute hurlante l’ait accusé d’électoralisme, alors qu’à l’évidence il a identifié son combat pour sauver la France de l’Islamisme à celui, millénaire, des Arméniens, ces « gavours », ces chiens d’infidèles, pour leur survie.

J’ai honte que la meute vocifère les injures de raciste et de fasciste à son égard puisque leur idéologie mondialiste leur interdit de reconnaître que les racistes et les islamo-fascistes sont précisément les États à l’œuvre pour la destruction complète du peuple arménien sur ce qui lui reste de ses terres ancestrales. Les empêche de reconnaître que, comme l’a déclaré le prêtre de Dadivank, il s’agit bien d’une guerre de civilisation, que c’est l’Islam qui professe la soumission ou la mort.

J’ai honte que la représentation arménienne en France s’affiche avec les autorités pour des inaugurations avec pour but de belles photos qui n’ont bien sûr rien d’électoraliste.

C’est pathétique de ne pas savoir identifier ses amis et ses ennemis : c’est signe que l’agonie est proche !!

Cher Eric, faîtes taire la meute, exposez votre programme d’aide à l’Arménie pour le jour où vous serez Président.

SEULE la France avec un Président ayant votre vision de la défense de la civilisation chrétienne, pourrait réaliser ce programme.

Voici ce que je proposais il y a un mois :

 « Seul un traité de défense franco-arménien serait de nature à sauver l’Arménie incluant bien sûr, la mise à niveau de l’armée arménienne avec vente de matériels sophistiqués (Rafale, canons Caesar, drones, missiles, chars etc…) et l’envoi de conseillers militaires français. Cette nouvelle politique française suppose son départ du commandement intégré de l’OTAN et une alliance avec la Russie qui pourrait comporter un volet arménien. Poutine verrait d’un très bon œil l’intervention de la France qui viendrait rééquilibrer le rapport de forces arméno-islamique, étant lui-même limité dans son aide à l’Arménie par 1) sa volonté de ménager la Turquie, la détacher de l’Otan en lui vendant des anti-missiles S400 voire des SU57, 2) sa politique de neutralité dans le conflit avec l’Azerbaïdjan et 3) sa prudence vis-à-vis des 25 millions de musulmans sur le sol russe.

Sur le plan diplomatique, reconnaissance de l’Artsakh et du statu quo territorial d’avant l’agression d’octobre 2020. Proposition de l’adhésion de l’Arménie à l’Union Européenne.

Le volet économique devrait envisager le transfert progressif des productions françaises de Turquie vers l’Arménie. Le coût de main d’œuvre y étant inférieur, les 2 parties y auraient un intérêt. La France fabriquerait là-bas à meilleur coût et l’Arménie pourrait payer le matériel militaire français bien plus onéreux que le matériel russe (un Rafale coûte 90 millions de USD $ quand un SU35 de 5ème génération surclassant tous ses concurrents coûte 20 millions de USD $).

En France, stopper la disparition de la diaspora en considérant que : 1) la diaspora arménienne est parfaitement intégrée et n’est pas une menace pour la cohésion nationale, 2) les Arméniens seraient au 1er rang pour s’opposer à toute subversion musulmane, 3) leur identité propre liée à leur culture et aux liens du sang n’est pas une menace mais une richesse, 4) il faut donc favoriser la modernisation de la diaspora tant du point de vue expression communautaire – encore très féodale- que du point de vue réhabilitation des bâtiments communautaires et apprentissage de la langue, notamment par le rétablissement de l’arménien au baccalauréat ( LV1,LV2, option) et la rétribution des profs par l’Éducation Nationale.

Dans le cas arménien, la diaspora jouera un rôle irremplaçable pour le salut de l’Arménie, pays de 3 millions d’habitants enclavé parmi 80 millions de Turcs et 9 millions d’Azerbaïdjanais avec une émigration continue due à la situation économique. »

Cher Eric Zemmour, je vous supplie de ne pas abandonner la cause des Arméniens.

  

Mooshegh Abrahamian   12/12/2021

dimanche 12 décembre 2021

Histoire de maux

Histoire de maux

 

Courage, dignité, vertu, honneur, grandeur, service, loyauté, respect… et quelques autres, seraient-ils des mots désuets au point que nous ne les entendions plus prononcés en hauts lieux? Leur sens est pourtant toujours connu et le citoyen français sait ce qu’ils recouvrent. Malheureusement dans un système politique reposant sur l’apparence, la tromperie et la flatterie, il est notoire que l’élévation et la morale qui les sous-tendent ne disposent que d’une place de fond de tiroir. Ceux qui nous gouvernent ou la plupart de ceux qui ambitionnent de le faire, précisément parce qu’ils présument ainsi mieux paraître, les ont exclus de leur discours et surtout de leur comportement. Il est vrai qu’ils sous-entendent, tous, effort et volonté; qualités demeurantes, pourtant, les puissantes constantes de toute civilisation. Choyer l’instinct et le bas-ventre ou prendre en considération les pires stupidités des aboyeurs des cités perdues, ne permettra jamais de conduire la nation, victorieusement, face aux menaces d’un monde brutal ni de faire face aux défis d’une société délitée par des aberrations idéologiques et la guerre hybride qui lui est faite. Récuser ces vocables prouve la faiblesse de la pensée et de la morale des dirigeants actuels et leur incompréhension de ce qu’attend le peuple. Soit il s’agit de mépris, soit de crainte. Or nul ne peut prétendre gouverner avec l’un ou l’autre de ces sentiments. Cette absence d’ossature provoque d’inévitables conséquences sur l’attitude de la population qui, fatalement, regarde l’exemple qui lui est présenté et, pour partie, profite des plages d’incohérence, de reniement, d’inculture, de laxisme ou de défaillance, à moins, plus sûrement, qu’elle ne soit majoritairement décontenancée et humiliée par des mesquineries d’un pouvoir louvoyant. Si les responsables politiques et médiatiques agissent ainsi; s’ils mentent, s’ils invectivent, corrompent, se contredisent avec aplomb et montrent, sans gêne, toutes leurs faiblesses et malhonnêtetés, il est vraisemblable que certaines contraintes que la loi impose au peuple deviennent de plus en plus incompréhensibles. Insidieusement le pays avance vers la désobéissance. Il n’est donc nullement étonnant que les groupes les plus disposés à la contestation, les esprits les moins civiques, et notamment les communautés inassimilables, étrangères et hostiles à la civilisation française, sans plus aucune inquiétude ni retenue, propagent résolument leur idéologie ou leur hargne destructrice. Certes la politique est un art difficile car elle est concurrence d’idées et surtout d’ego. Les pièges tendus, les chaussetrappes, ont toujours été de tactique courante. Toutefois dans un pays de haute civilisation elle ne peut se passer d’un besoin d’élévation et d’idéal de service exclusif du pays. Cette aspiration devrait transcender l’essentiel des différences. Or ce n’est plus le cas puisque les gouvernements successifs ont abandonné une grande part de notre indépendance et, pour ce faire, essayé de détruire les ferments de la fidélité populaire à la patrie. Notre drapeau ne flotte même plus, seul, sur les édifices publics.

La France est ma patrie

La France est ma patrie, je ne saurais donc lui donner tort et me doit de la défendre. Cette phrase vaut si elle est commune à tous les citoyens français. Malheureusement, le mot patrie, à partir duquel dérivent tous ceux évoqués au début de ce texte, semble banni par une oligarchie suivant une mode déstructurante, cherchant à s’intégrer à des instances étrangères et amenant avec elle le pays. Elle ne peut le faire – c’est une évidence – en conservant ce puissant attachement au sol, à la civilisation et au peuple d’où, pourtant, elle provient. Elle abandonne le mot qui devient pour elle obsolète car dangereux et, par voie de conséquence, tous les autres qui lui sont liés. Plus de références autres que les absurdes idées de mondialisation heureuse, d’abolition des frontières, de droit extérieur supérieur à la Constitution, d’intégration européenne, d’accueil des immigrés, d’islam religion de paix, de nécessité de parler l’anglo-saxon… Il doit y avoir un terme dans l’un des antonymes de tous ceux qui sont rejetés pour qualifier un tel comportement…

Les conséquences sont potentiellement considérables car des gens venus de ce milieu se présentent en avril prochain aux élections présidentielles. Après les habituelles faussetés et manipulations, la France risque donc d’être gouvernée par l’un ou l’autre de ces personnages à la légitimité bien plus que douteuse, proche de l’usurpation. Le pays courra alors à la catastrophe car le peuple, dans son immense majorité, une fois encore, et probablement une fois de trop, ne se reconnaîtra pas dans la politique qui sera menée. Elle ne sera que la continuation de celle que nous avons vue jusqu’à présent, faite de déni, de contradictions, de mensonges, de fuite devant cet amoncellement de menaces que j’ai exposées dans d’autres textes. Nous verrons ainsi se poursuivre les abandons de souveraineté au profit d’une organisation internationale elle-même fusionnelle avec l’impérialisme étatsunien, la faiblesse devant l’islam provocateur et les minorités agitées, la subordination à la finance d’outre-Atlantique, l’alignement otanien, le délitement de notre économie, la carence éducative, le laxisme vis-à-vis des bandits et criminels et l’absence d’appui aux forces de sécurité… Nous continuerons ainsi à voir la France s’abimer dans des repentances suicidaires, des histrions se pavaner sur toutes les scènes officielles de l’État, se poursuivre l’endoctrinement médiatique, s’appuyant sur le subliminal autant que sur les poncifs et les clichés. Bref si, lors de cette élection prochaine rien ne change fondamentalement dans le résultat, tout ce qui se trouvait en gestation apparaîtra et ce qui sommeillait se réveillera. La situation du peuple français s’aggravera.

Mais un jour, inévitablement, viendra le fracas des révoltes.

Je suis inquiet.

  • Je récuserai donc, si les conditions m’amènent à voter, les candidats n’ayant pas l’amour de la France et des Français comme moteur de leur action.
  • Je rejetterai ceux au passé mensonger ou contradictoire; ceux davantage internationalistes que défenseurs de la souveraineté nationale, comme ceux qui auront daubé le peuple en contribuant à faire voter le traité de Lisbonne par un Parlement assujetti, alors que ce peuple, prétendument souverain, avait refusé, par voie de referendum, cette constitution européenne, objet du texte. Tout comme – généralement les mêmes – ceux ayant applaudi au traité de Marrakech et antérieurement aux accords de Schengen.
  • Je repousserai ceux qui, lors de la précédente élection, ont appelé à voter pour quelqu’un, fervent acteur de l’internationalisme bancaire, du bradage des atouts de notre puissance et de l’abaissement de l’idée nationale, ou se sont ralliés à lui, se rendant ainsi co-responsable des dérives politiques, sociales, philosophiques et morales, que connaît le pays. Ils demeurent compatibles et coupables avec lui.
  • J’écarterai de mon vote les partisans du maintien dans l’OTAN, de l’intégration européenne et les négationnistes de la dangerosité de l’islam.
  • Je refuserai mon vote à ceux qui ne défendront pas la civilisation française, son influence, sa grandeur, l’intégrité du sol français ou auront dit dans une invraisemblable et symbolique attitude de ralliement à un univers qui n’est pas le nôtre que la culture française n’existait pas ou que l’anglo-saxon «ne doit pas être considéré comme une langue étrangère».
  • J’éliminerai du choix possible, ceux formés à la technocratie, exclusivement gestionnaires et comptables, en totale carence de vision géopolitique pour le pays et évoluant, avec aisance, dans cette oligarchie qui s’est approprié la gouvernance de notre pays.

Il restera, je l’espère, des candidats partageant avec la majorité du peuple l’amour de la France. Mon vote, si l’un d’entre eux parvient au second tour, ira, bien évidemment, vers lui.

 

Henri ROURE

vendredi 26 novembre 2021

Une note pour le nouveau ministre de la Défense Papikyan

Une note pour le nouveau ministre de la Défense Papikyan

« Vous deviendrez soit un héros, soit un bouc émissaire »

par Eric Hakobyan

21/11/2021

https://youtu.be/1B0ELnxrtb8

Bienvenue à la Revue de la Semaine avec Eric Hakobyan. 


Cette semaine, nous ne discutons pas des événements de ces derniers jours (les événements dans la région de Syunik, à la frontière arméno-azerbaïdjanaise), car ils ont été intensément couverts. L’émission d’aujourd’hui est un long mémo pour le nouveau ministre de la Défense de l’Arménie, Suren Papikyan, qui, dans ses anciens postes au sein du gouvernement arménien, était réputé être un réformateur, en particulier dans le domaine de la modernisation des infrastructures routières.

Commençons par les réformes. Il existe deux types de réforme militaire : un programme à long terme, sur cinq à dix ans, et une réforme urgente qui doit être mise en œuvre immédiatement afin d’accroître notre capacité de combat à court terme et d’être en mesure de défendre nos frontières souveraines.

Monsieur Papikian, au cours des cinq ou six prochains mois, vous deviendrez un héros ou un bouc émissaire. Soit vous imposez votre volonté à une structure qui ne fonctionne pas, soit c’est cette structure déficiente qui vous dictera sa volonté.

Les problèmes moraux et psychologiques dans l’armée

Si j’étais vous, je commencerais par des problèmes moraux et psychologiques dans l’armée. Ce n’est un secret pour personne que toute armée qui perd une guerre est confrontée à des problèmes de moral. En ce sens, beaucoup dépend du type de leader que vous serez, de l’exemple que vous allez donner, et des changements de personnel que vous ferez dans l’armée. À ce stade, le choix du personnel militaire est politique.

Les règles d’engagement

Le deuxième point sur lequel vous devriez concentrer votre attention est l’établissement clair des règles d’engagement à nos frontières.

Il nous parvient de nombreux rapports indiquant que les gens sont confus et ne savent pas quoi faire, si c’est le moment de faire feu ou pas. De tels problèmes sont tout simplement inacceptables.

Vous devez faire suivre les règles suivantes, qui existent déjà : si quelqu’un traverse la frontière, vous devez ouvrir le feu sur lui. Les règlements ne parlent pas de négocier avec les contrevenants, d’appeler les Russes ou de quitter son poste sans se battre avec acharnement, pour les soldats. Toute personne qui ne respecte pas ces règles doit être révoquée.

Impliquer le pays dans le processus des réformes

Vous devez également impliquer tout le pays dans ce processus de réforme, car en Arménie, le peuple c’est l’armée, et l’armée c’est le peuple. C’est notre réalité. Aujourd’hui, vos service ne jouissent pas de la confiance du public pour de nombreuses raisons valables. Vous devez rétablir cette confiance en étant aussi ouvert et transparent que possible et montrer aux gens que le changement est bien en cours, que des réformes sont mises en œuvre, que la transparence est à l’ordre du jour.

Impliquer le secteur privé dans le processus réformateur

Il est important que vous mobilisiez également le secteur privé, car une partie du travail des forces armées peut être déléguée en toute sécurité à notre secteur privé beaucoup plus efficace qu’à l’appareil d’État bien moins efficace. Cela peut inclure la surveillance militaire, le renseignement et d’autres domaines. Prenez des décisions audacieuses et impliquez des personnes contre lesquelles certains dans votre ministère vont tenter de résister, mais c’est la façon la plus rapide de mettre à jour nos ressources pour l’action.

Se fournir auprès de producteurs locaux

Allons plus loin. Privilégiez les achats auprès des producteurs locaux. Pour le développement de notre complexe militaro-industriel, il est nécessaire d’acheter autant que possible auprès de producteurs locaux. Ainsi, nous soutiendrons les entreprises locales, leur développement aidera à gagner en indépendance et à se débarrasser de chantages d’où qu’ils viennent dans le monde.

Des entreprises militaires privées

Aujourd’hui, les guerres dans le monde sont considérablement engagées via des entreprises privées. Il existe de nombreuses entreprises militaires privées et des entrepreneurs qui peuvent être amenés à agir comme conseillers dans de nombreux autres domaines pour avoir un effet direct sur la modernisation de nos capacités militaires.

La culture du ministère de la Défense

Plus important encore, vous devez changer la culture qui règne au ministère de la Défense. Pendant longtemps, pendant 20 à 25 ans, l’armée a été une méritocratie inversée, lorsque les gens étaient promus parce qu’ils connaissaient quelqu’un, ne posaient pas de questions et qu’ils pouvaient se laisser corrompre ; et ceux qui posaient des questions et n’étaient pas impliqués dans la corruption restaient dans les rangs inférieurs. Vous devez changer ces règles morales.

Ceux qui prennent des initiatives et ceux qui sont prêts à se battre devraient être encouragés. Il est nécessaire de se débarrasser des sycophantes et de la médiocrité. Pour nous, c’est une exigence indispensable en ce moment.

Il est nécessaire, à de très rares exceptions près, d’assurer une transparence absolue, sur les dépenses et les achats dans le domaine des commandes d’armement, et tout ce qui concerne notre défense. Nous savons qu’il y a des cas de corruption règne dans ce domaine depuis de nombreuses années. Soyons donc aussi honnêtes que possible.

Améliorer le système de mobilisation

Ensuite, nous devons moderniser notre système de mobilisation. Nous avons complètement échoué à mobiliser des volontaires et des réservistes pendant la deuxième guerre d’Artsakh, lorsque le chaos complet régnait. La réserve est vitale et, si nécessaire, sa coordination peut être déléguée. Mais si nous voulons construire un État de garnison, il nous faut des systèmes qui fonctionnent. La réserve a un rôle clé à jouer : les gens qui veulent s’engager et combattre, qu’ils puissent le faire, et que nous puissions lancer des appels et nous organiser sur le champ.

Le manque de financement ne peut pas être une excuse

Ensuite, ne laissez pas le manque d’argent être une excuse. Quand il s’agit de la protection du pays, il ne peut être question d’économie : le mandat principal de tout État est de protéger le pays, ses frontières et son existence. L’argent ne peut donc pas être le problème.

Si nous devons emprunter deux milliards de dollars, nous devons le faire, surtout lorsque le monde a des taux d’intérêt historiquement bas. Par exemple, la Grèce, qui a de grandes dettes et dont le ratio dette/PIB est de 211%, c’est-à-dire que le montant de la dette du pays est deux fois plus grande que le volume de l’économie, a fait d’énormes dépenses pour moderniser son armée, en particulier la marine, compte tenu des menaces constantes émanant du régime Erdogan.

Le ratio de notre dette au PIB n’est que de 62 %. Évidemment, dans des circonstances normales, nous n’en serions pas là, mais ce sont des temps anormaux. L’argent ne devrait pas être un obstacle à la protection du pays. Si ce montant est dépensé au niveau local, nous aurons l’effet du « keynésianisme militaire » – la doctrine politique et économique selon laquelle les dépenses importantes de l’État en armes entraînent le développement de technologies modernes dans l’industrie, en particulier en ce qui concerne la défense (et en conséquence, cela favorisera l’emploi et l’élévation du niveau de vie de la population).

Des militaires bien payés

Et en fin de compte, nous devons payer mieux nos militaires s’ils répondent aux normes élevées qui sont établies pour la construction de notre future armée, et dans la mesure où toutes les autres réformes auront été mises en place. Le service militaire devrait être un contrat social dans lequel ceux qui servent et sont prêts à mourir pour le bien du pays sauront que leurs familles recevront une indemnisation. C’est un engagement que nous ne devons respecter que si toutes les autres réformes sont mises en œuvre. Il ne sert à rien d’augmenter les salaires des généraux ineptes.

En conclusion

Monsieur Papikyan, je vais résumer le programme par une formule très simple : vous êtes un homme politique (moi ̶même j’ai été un fonctionnaire élu pendant longtemps), malgré votre jeune âge. ; soit vous et votre gouvernement entreprendrez une modernisation agressive de notre capacité de défense, et donc de défense de toutes nos frontières, soit crise après crise, nous arriverons aux  prochaines élections, et les gens vous remplaceront par d’autres forces qui auront la volonté de mettre en œuvre tous ces changements et de défendre le pays.

Dans ce pays, les gens ont beaucoup de patience et, dans une certaine mesure, comprennent les raisons de notre défaite. Peut-être que tout le monde n’est pas d’accord avec cela, mais au moins ils comprennent comment on peut s’en sortir. Les gens, y compris de nombreux partisans de votre gouvernement, ne toléreront pas l’humiliation de notre pays à ses propres frontières, alors que le régime d’Aliyev et ses brigands mord chaque jour un peu plus sur le territoire de l’État, semaine après semaine, un mois après l’autre.

Aucun gouvernement, s’il est incapable d’arrêter ce processus, ne pourra rester au pouvoir, et il ne le mérite pas.


(c) Traduit pour "Europe & Orient", par Jan Varoujan et Vladimir F. Fredoux